SOLUTIONS

Les disparus de Bouzolle

And the winner is… Non, heu, le coupable c’est… C’est cette histoire d’élection qui me perturbe. Le coupable n’est autre qu’

qu’Antoine Clapard, l’ancien agent municipal à la retraite.

Il a découpé les têtes des Bouzollois célèbres, enfin de leurs statues et il a enlevé leurs homologues de chair et de sang pour les enfermer dans la cave du « Château ». Avec Mireille, nous avons dormi au-dessus depuis le début. C’est pour ça qu’il ne voulait pas que l’on rentre dans le local technique.

Je n’ai pas pu entendre le chant du coq, la nuit que j’ai passée dans les jardins (il était déjà mort et certainement décomposé), mais bien le cri d’une des personnes séquestrées. Et la première nuit, j’avais eu l’impression que quelqu’un avait crié, probablement le maire puisque c’était le seul à avoir disparu. En plus, l’adjoint a retrouvé une ceinture en satin bleu : la même couleur et la même matière que le peignoir que portait le maire au moment de sa disparition, et ce près du local technique qui mène aux caves.

Pourquoi Clapard ? Déjà parce qu’il nous défend l’accès du local, c’est louche et puis c’est lui qui m’a dit que le cri que j’ai entendu n’était rien d’autre que le coq des Gencène alors qu’il savait qu’il était mort. Et puis il a un mobile : la déception…

Après la mort de sa femme, Clapard a toujours voulu que ses enfants quittent Bouzolle. Seulement, c’était sans compter sur Isabelle Dauphin et les 4 membres du jury (le maire, le médecin, la boulangère et le facteur, cf photo dans le salon). Coralie a perdu face à Isabelle Dauphin. Les fleurs, les physalis offertes atteste que c’est Antoine Clapard son père et qu’il attribue sa défaite et le renoncement de rêves de sa fille au quatuor de notables. S’il doit y avoir une  décapitation, ce sera peut-être celle de la statue de Gencène, puisque le fils de Clapard est ouvrier agricole chez eux, la seule ferme de la région. Et s’il a attribué l’échec de sa fille au jury, il peut très bien réduire le travail de son fils à ses employeurs.

Voilà l’énigme de Bouzolle est résolue, j’espère qu’elle vous a plu. Aviez-vous résolu l’énigme, pourquoi ne pas avoir tenté votre chance ?

Rendez-vous dans quinze jours pour une nouvelle enquête !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *