ENQUÊTES

Comment j’ai réussi à appliquer

mes bonnes résolutions, enfin, au

moins une.

Cette semaine, j’enquête, je fais le ménage chez mon psy, monsieur Boréal. Échange de bons procédés : il fait le ménage dans ma tête, je fais le ménage dans son cabinet.

 Je le consulte régulièrement, il m’aide beaucoup.

En essayant de remettre un peu d’ordre sur son bureau, je suis tombée sur un article qu’il écrit pour Psychologie Mag : les bonnes résolutions de la nouvelle année : à quoi ça sert ?

Plus tard, en séance, je lui demande :

« Monsieur Boréal, comme ça, à tout hasard : à quoi ça sert les résolutions de la nouvelle année ?

– À tout hasard ? Comme ça ? Antoinette, sérieusement ! Vous avez encore fouiné ?

– De, hein ? Quoi ? Moi ? Fouiner ? Meuh non !

– Tiens ! Eh bien, dites-moi : vos résolutions pour la nouvelle année, Antoinette, quelles sont-elles ?

– Je ne sais pas, je n’y ai pas encore réfléchi. Vous pensez que je devrais changer quelque chose ?

– À votre avis ? »

Je le sens chafouin, monsieur Boréal, limite fâché.

« Que je ne fourre plus mon nez dans les affaires qui ne me regardent pas ?

– Par exemple. Quoi d’autre ?

– Que je respecte l’intimité des gens ?

– Pourquoi pas.

– Même si j’ai de drôles d’histoires qui me tombent sur les bras ?

– …

– Même si ce sont les autres qui me racontent des trucs que je ne devrais pas savoir ?

– …

– Même si ce sont les autres qui manquent de discrétion. »

C’est vrai qu’en prononçant cette dernière phrase, je me suis rendu compte de ma boulette.

Après un silence qui me paraît aussi long que les mois d’hiver en Laponie, monsieur Boréal se décide enfin à parler :

« Essayez de formuler une seule bonne résolution Antoinette. »

Je lui fais confiance : monsieur Boréal est réputé dans son domaine. Il m’a été chaudement recommandé par monsieur Anselme, mon patron en qui je place toute ma confiance, alors.

C’est dur, dur de laisser derrière soi cette escouade de défauts. Un peu comme de se délester de ses poignées d’amour : elles nous tiennent chaud et sans elles, c’est comme si on était toute nue.

Ce serait pour ça que c’est si difficile de tenir ses bonnes résolutions : si se résoudre à changer, c’était se dévoiler, se montrer tout nu face aux autres ?

Ça y est j’ai peur. D’ailleurs monsieur Boréal, le voit aussi, il me connaît très bien. En plus je me triture les mains.

« Alors ?

– Je pense que ce serait être moins curieuse et de moins m’immiscer dans la vie des gens.

– Eh bien ! Je crois que vous la tenez cette résolution pour l’année 2018, Antoinette.

– Ah oui ? Super ! Et comment je fais maintenant pour qu’elle ne rejoigne pas le cercle de toutes les  résolutions disparues des années précédentes ?

– Il faut avoir la foi Antoinette.

– Avoir la foi ? Non, mais vous vous moquez de moi, monsieur Boréal. Vous, vous me dites qu’il faut avoir la foi ?

– Oui, oui, avoir la foi. Moi par exemple, je ne crois pas en une entité extérieure ou supérieure, mais je crois très fort en quelque chose de spécial et de puissant. Vous voulez savoir ce que c’est ? Vous voulez connaître mon astuce pour tenir mes résolutions ?

– Je sens que vous brûlez d’envie de me le dire. Alors ? Qu’est-ce que c’est ?

– C’est un secret ! Je l’ai caché dans un dans mon bureau, ici. Enfin j’ai caché un objet qui représente ce en quoi je crois si fort.

– Vous voulez dire que votre objet fétiche est dans cette pièce ?

– Oui exactement. C’est un objet on ne peut plus banal, mais qui me lie indéniablement à ma croyance. »

Ce ne serait pas plus simple qu’il me dise en quoi il croit ? Je n’aurais pas besoin de fouiner partout la prochaine fois que je viendrai faire le ménage.

À la fin de la séance, monsieur Boréal ajoute :

« Souvenez-vous Antoinette : l’important c’est de croire suffisamment. La confiance  vous donnera la force de tenir vos engagements, votre résolution.  En quoi croyez-vous Antoinette ?

– Là, comme ça ? »

Je ne peux pas lui dire tout ce qui me passe par la tête, il me prendrait pour une folle et me ferait interner : je crois en le pouvoir de la javel toute puissante. Je crois que tous les hommes sont faibles et n’ont d’intérêt que pour eux-mêmes.

« C’est normal de ne pas avoir la réponse tout de suite, mais cherchez. »

Je crois aussi que je ne vais pas y arriver à être moins curieuse. C’est comme de demander à un pingouin s’il n’a pas vu la banquise ou à un chien s’il ne veut pas d’os.

La preuve quand je retourne faire le ménage dans le bureau de monsieur Boréal, mon esprit tout entier est accaparé par cet objet magique dont il m’a parlé, cet objet unique qui symbolise sa foi et l’aide à tenir ses bonnes résolutions.

Je sors mon plumeau, mon radar à indices et furète un peu partout. Sur son bureau, il y a son stylo fétiche. Est-ce qu’il symbolise sa force, sa croyance ? Ouais, bof.

Sur le mur, une photo du cabinet de consultation de Freud : il croit en son mentor, ce cadre lui donne de la force. N’importe quoi ! Il n’est même pas représenté sur cette photo.

La bibliothèque ? Non.

Son fauteuil ? N’importe quoi.

Un masque tribal ? Pfff.

Une statuette en bronze ? Une lithographie ? Un peigne africain ? Une serrure ? Un coffret en bois ? …

Un coffret en bois ? Non, mais ce qu’il y a dedans !

C’est un petit coffret en bois précieux, du bois de santal à ce qu’il me semble. Il est orné de nacre et très ouvragé. Assurément, ce que l’on a glissé à l’intérieur est très précieux.

J’ouvre délicatement le couvercle : vide.

Mais quand je regarde au fond de la boîte, ce que je vois me stupéfie.

Je referme le couvercle doucement et reprends mon travail.

Lors de la prochaine séance, monsieur Boréal me demande si j’ai trouvé la croyance qui me donnerait la force de tenir ma bonne résolution.

« Je crois que oui. Une chose est sûre. Si je n’arrive pas à être moins curieuse, ce n’est certainement pas parce que je ne suis pas assez forte pour réussir, mais peut-être tout simplement parce qu’elle était mal choisie. »

Je suis curieuse de savoir ce que vous avez pensé de cette histoire et de cette astuce pour tenir ses résolutions.

On pourrait la résumer ainsi : la meilleure astuce pour appliquer ses bonnes résolutions c’est croire en soi. Et si avant de changer, on décidait avant toute chose de se faire confiance ?

Cet engagement, pour réussir est à passer avec soi-même.

Monsieur Boréal, mon psy a été inspiré par Napoléon Hill, un célèbre auteur, avocat et conférencier qui a écrit “Penser et devenez riche !”

Cet article participe à l’événement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez MeilleurCliquez ici pour voter pour mon article si vous l’aimez !

Je participe à cet événement, car j’apprécie beaucoup ce blog et mon article préféré et celui-ci : vous et votre cubicule. Après avoir voté, je vous encourage à le découvrir. Il pourrait aussi vous aider dans vos bonnes résolutions. 

Énigmatiquement,

Antoinette

17 réponses
  1. Angélina
    Angélina dit :

    J’ai beaucoup aimé ton article ! Pour ma part je ne prends jamais de bonnes résolutions pour la simple et bonne raison que je ne les tiens jamais… Mais finalement tu as raison, il suffit de se faire confiance pour y arriver. Il est temps que je me mette à croire en moi 🙂

    Répondre
  2. Iris
    Iris dit :

    Hello! Je suis toujours surprise par ton talent! Quand j’arrive sur ton article au départ je me dis c’est long, puis je commence à lire, je rentre dans l’histoire et quand j’arrive au bout, je regrette que ce soit déjà terminé !!! Encore encore encore ….

    Répondre
  3. Laura
    Laura dit :

    Coucou Antoinette,

    Ha ça y est, je peux te laisser un petit mot !
    Alors autant d’habitude, je trouve ça un peu trop long et moi qui suis nulle en énigme, je n’arrive à rien !
    Autant là, j’ai adoré ! La confiance en soi, c’est quelque chose que je n’ai jamais eu et n’ai toujours pas !
    Cette année, uniquement, j’ai réussi à tenir une résolution que je me suis faite les 6 dernières années ! Alors autant te dire que je suis contente !
    J’ai la même pour cette année, car j’ai encore un peu de chemin, mais je suis certaine que je vais y arriver !

    Belle soirée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    Répondre
    • Antoinette
      Antoinette dit :

      Je te dirais la même chose qu’à Anna : aies confiance. Plus facile à dire ! Mais tu as déjà compris beaucoup de choses : la confiance passe par la certitude et ça c’est une décision, quelque chose que tu choisis. Bravo^^

      Répondre
  4. Nekologie (Marie Debras)
    Nekologie (Marie Debras) dit :

    Très original comme manière d’écrire, j’aime bcp ! Pour ce qui est des résolutions, perso je n’en prend pas spécialement en début d’année mais toute l’année, au bon moment 🙂

    Répondre
  5. Annafaitsonblog
    Annafaitsonblog dit :

    Coucou 🙂 Comme je te l’ai dit sur facebook, j’adore ton style d’écriture ! J’aime beaucoup la manière dont tu fais passer tes messages, en histoire comme ça ^^
    Je t’avoue que je ne fais plus de bonnes résolutions depuis des années car je ne les tiens jamais :p Mais c’est vrai que croire en moi serait un bon début car ce n’est pas trop le cas…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *